vendredi 1 juin 2018

Méditation zen, placement et ouverture du bassin.


Cet article est la suite de la méditation zen c’est dépassé précédemment publié sur ce blog.

Bien sûr ce n’est pas possible de comprendre la méditation si on ne la voit pas dans sa globalité : Si l’on place d’un côté le corps, de l’autre l’esprit, si l’on analyse l’un puis l’autre tout devient rapidement très théorique et impossible à comprendre.

Néanmoins la plupart des occidentaux ont perdu le contact avec leur corps et au vu des personnes que l’on voient aux initiations ces dernières années ça ne s’arrange pas au fil du temps.
L’essentiel de la posture qui va déterminer la respiration et l’état d’esprit concerne la bascule du bassin, vous pouvez méditer sur une chaise si vous voulez mais si vous n’avez pas compris ce point, vous faîtes simplement une sieste éveillé (ce qui n’a rien à voir avec la notion bouddhiste de l’éveil).

Même si c’est un fait entendu pour la plupart ce n’est pas pour autant qu’il est mis en pratique, ce qui entraîne des tensions et des douleurs chroniques. On voit quelquefois des pratiquants de longue date dont la posture se voûte et se sclérose au fil du temps…

Pour commencer la bascule du bassin devrait être l’état normal mais passer la plupart de son temps assis sur une chaise, sur un canapé moelleux associé au manque d’exercice physique amène les gens à des postures qui ne sont pas naturelles et qui occasionnent à la longue des douleurs au dos et aux épaules…

Dans les pays plus primitifs, se tenir assis accroupi sur les talons est une posture normale et pratiquée tous les jours, en France, ça relève de l’exploit.
Les toilettes dites à la turque ont quasiment disparu des espaces publics parce qu’elles ne sont plus adaptées aux handicapés que nous sommes devenus.

Donc pour avoir une idée de comment fonctionne le bassin on peut s’intéresser à l’articulation sacro- iliaque et le muscle ilio-psoas sur ce lien ceci afin d’aider ceux en quête d’explications théoriques.
On voit rapidement que ces muscles sont insérés de la colonne vertébrale à hauteur du thorax et sont reliés le long du fémur.
Voici quelques exercices d’un ostéopathe et le lien vers son site.

Et maintenant en pratique on fait quoi ?

Généralement quand on parle d’ouverture au niveau du bassin, chacun a son exercice miracle, ça fait toujours sourire, généralement c’est lire ou regarder un film avec les jambes écartées.

Il y a de nombreuses disciplines qui permettent de comprendre cette bascule naturelle, la méditation zen en est une, le yoga, les arts martiaux travaillent également ce point..
Il va surtout falloir trouver un enseignant compétent qui vous donnera les bonnes indications.
Ces derniers temps au dojo, nous avons décidé de mettre en place des exercices de préparation à la posture où l’on pratique divers qi-gong et makko-ho pour aider les gens qui ont des difficultés et leur permettre de mieux comprendre leur posture au travers de différent exercices adaptés plus ou moins dynamiques.



Zazen est simplement s’asseoir, il y a différentes manières de le faire suivant nos capacités physiques, avec la pratique la posture s’améliore, avec des adaptations au début la plupart des gens sont capables de méditer sur un coussin, la posture est adaptable à toutes les morphologies, mettre directement des personnes en bonne santé sur une chaise sous prétexte qu’ils sont occidentaux, c’est tirer les gens vers le bas.

On peut donner des béquilles à un un handicapé, en proposer à quelqu’un de valide c’est une façon curieuse de voir les choses.


Voici une vidéo de André Lemort qui enseigne le zen en Colombie et qui met en relief l’importance du placement du bassin et donne de très bons conseils pour prendre la posture. Attention, ne pas se laisser décourager par la posture du lotus présentée dès le départ ce n’est pas le principal point d’intérêt de cette vidéo.


La suite est sur ce lien: Comment considérer la douleur en zazen

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire