lundi 16 juillet 2018

La rentrée en Septembre au dojo zen de Saint-Etienne.

Nous aurons au dojo le 08 Septembre à 9H15 une séance d'exercices préparatoires à la méditation suivi par la séance de méditation zen à 10H30.
Ces exercices de préparation sont plus ou moins dynamiques et permettent de mieux appréhender le placement du bassin et  l'ouverture de la cage thoracique ainsi que la notion de détente musculaire au travers de la respiration.
Nous pratiquons des exercices d'étirements des méridiens ainsi que de Kiko (qi-gong Japonais). La participation est de 6 euros ensuite à 10H30 il y aura le zazen habituel. Ouvert à tous.

Le 15 Septembre nous accueillons les débutants à partir de 9H45 pour une initiation à la méditation qui débutera à 10H00, elle sera suivi par la séance de méditation de 10H30. La participation à l'initiation est libre.

samedi 14 juillet 2018

Mais d'où vient cette douleur ?

Cet article est la suite de : Méditation zen, placement et ouverture du bassin.

Mais d'où vient cette douleur ?

Cette phrase célèbre du zen est attribuée à Gensha, un moine qui s'est éveillé en se blessant un orteil contre un caillou.

Tous ceux qui expérimentent la méditation assise sont confrontés à diverses douleurs et tensions, notamment lors des sesshins (périodes de méditation intensive).

Voici pour se faire une idée un lien du site "un zen occidental traitant du sujet de la douleur en zazen".

Bien sûr il n'est pas question de se mortifier dans la méditation ou d'en faire une pratique masochiste mais il faut bien comprendre que l'assise vous fera également comprendre dans quel état se trouve votre corps, en fait vous risquez de faire le même constat en faisant n'importe quelle activité physique.

Gichin Funakoshi  fondateur du karaté est mort à 89 ans, il a gardé une excellente condition physique jusqu'à un âge très avancé.
Quand on lui a demandé son secret, il a déclaré avoir eu la chance d'avoir des escaliers dans sa maison.

En occident, le corps est méprisé, peu de gens ont une activité physique régulière, le travail manuel est très mal considéré. Quand on médite pour de vrai, s'il a été délaissé trop longtemps le physique nous rappelle à l'ordre.

Souvent on entend chez les pratiquants engagés "seulement zazen" et c'est vrai que cette pratique peut se suffire à elle même mais si on a vraiment perdu le contact avec son corps alors ça peut-être difficile de se reconnecter.

Pour faire simple, il faut en priorité retrouver le contact avec la partie inférieure de son corps le  ventre, le bassin, les jambes.

C'est pour cette raison que la marche est déjà un bon exercice qui permet de "revenir les pieds sur terre".

Ensuite, ne pas oublier que tout le travail méditatif se fait en détente et en souplesse, c'est la seule solution pour éviter douleurs et tensions inutiles.
La respiration vous sera fort utile également pour comprendre la détente.

Il faut faire la différence entre les douleurs chroniques qui sont dus pour les pratiquants réguliers à une mauvaise compréhension de la posture.

 On peut citer les douleurs sur la face interne du genou ou sur la cheville quand on a mal compris zazen et qu'on fait forcer genoux et chevilles alors qu'on devrait travailler la souplesse et le placement du bassin et les douleurs aigues du style crampes qui nécessitent de décroiser temporairement.

Bien sûr, pratique en groupe et pratique en solitaire sont deux choses différentes. Partages, conseils et échanges font la différence.

La patience et la régularité sont également des vertus à cultiver si vous voulez avancer dans la pratique.

Et pour finir  la voie est sans but et sans fin, même après de longues années de pratique quotidienne vous aurez toujours la surprise de connaître des aspects de la méditation que vous ne connaissiez pas.







vendredi 15 juin 2018

Retraite d'été de méditation zen à Saint-Etienne.

Du 21 au 25 Août au Dojo zen de Saint Étienne 9 rue Montaigne.
Cette session est l'occasion de se retrouver pour pratiquer ensemble de manière plus intensive et  de faire un pas de plus.
N'hésitez pas à nous contacter si vous êtes intéressé.
Ouvert à tous et à toutes.
Plus de renseignements sur http://www.zen-saint-etienne.fr/




vendredi 1 juin 2018

Méditation zen, placement et ouverture du bassin.


Cet article est la suite de la méditation zen c’est dépassé précédemment publié sur ce blog.

Bien sûr ce n’est pas possible de comprendre la méditation si on ne la voit pas dans sa globalité : Si l’on place d’un côté le corps, de l’autre l’esprit, si l’on analyse l’un puis l’autre tout devient rapidement très théorique et impossible à comprendre.

Néanmoins la plupart des occidentaux ont perdu le contact avec leur corps et au vu des personnes que l’on voient aux initiations ces dernières années ça ne s’arrange pas au fil du temps.
L’essentiel de la posture qui va déterminer la respiration et l’état d’esprit concerne la bascule du bassin, vous pouvez méditer sur une chaise si vous voulez mais si vous n’avez pas compris ce point, vous faîtes simplement une sieste éveillé (ce qui n’a rien à voir avec la notion bouddhiste de l’éveil).

Même si c’est un fait entendu pour la plupart ce n’est pas pour autant qu’il est mis en pratique, ce qui entraîne des tensions et des douleurs chroniques. On voit quelquefois des pratiquants de longue date dont la posture se voûte et se sclérose au fil du temps…

Pour commencer la bascule du bassin devrait être l’état normal mais passer la plupart de son temps assis sur une chaise, sur un canapé moelleux associé au manque d’exercice physique amène les gens à des postures qui ne sont pas naturelles et qui occasionnent à la longue des douleurs au dos et aux épaules…

Dans les pays plus primitifs, se tenir assis accroupi sur les talons est une posture normale et pratiquée tous les jours, en France, ça relève de l’exploit.
Les toilettes dites à la turque ont quasiment disparu des espaces publics parce qu’elles ne sont plus adaptées aux handicapés que nous sommes devenus.

Donc pour avoir une idée de comment fonctionne le bassin on peut s’intéresser à l’articulation sacro- iliaque et le muscle ilio-psoas sur ce lien ceci afin d’aider ceux en quête d’explications théoriques.
On voit rapidement que ces muscles sont insérés de la colonne vertébrale à hauteur du thorax et sont reliés le long du fémur.
Voici quelques exercices d’un ostéopathe et le lien vers son site.

Et maintenant en pratique on fait quoi ?

Généralement quand on parle d’ouverture au niveau du bassin, chacun a son exercice miracle, ça fait toujours sourire, généralement c’est lire ou regarder un film avec les jambes écartées.

Il y a de nombreuses disciplines qui permettent de comprendre cette bascule naturelle, la méditation zen en est une, le yoga, les arts martiaux travaillent également ce point..
Il va surtout falloir trouver un enseignant compétent qui vous donnera les bonnes indications.
Ces derniers temps au dojo, nous avons décidé de mettre en place des exercices de préparation à la posture où l’on pratique divers qi-gong et makko-ho pour aider les gens qui ont des difficultés et leur permettre de mieux comprendre leur posture au travers de différent exercices adaptés plus ou moins dynamiques.



Zazen est simplement s’asseoir, il y a différentes manières de le faire suivant nos capacités physiques, avec la pratique la posture s’améliore, avec des adaptations au début la plupart des gens sont capables de méditer sur un coussin, la posture est adaptable à toutes les morphologies, mettre directement des personnes en bonne santé sur une chaise sous prétexte qu’ils sont occidentaux, c’est tirer les gens vers le bas.

On peut donner des béquilles à un un handicapé, en proposer à quelqu’un de valide c’est une façon curieuse de voir les choses.


Voici une vidéo de André Lemort qui enseigne le zen en Colombie et qui met en relief l’importance du placement du bassin et donne de très bons conseils pour prendre la posture. Attention, ne pas se laisser décourager par la posture du lotus présentée dès le départ ce n’est pas le principal point d’intérêt de cette vidéo.


La suite est sur ce lien: Comment considérer la douleur en zazen

samedi 5 mai 2018

Jeûne et zen

Texte de
Mireille à la Chavanne ,
3 mai 2018


Je rentre juste d’une cure jeûne-randonnées d’une semaine et Bernard m’a demandé si j’avais senti un lien entre le jeûne et zazen et si je souhaitais m’exprimer à ce sujet . Cela m’a interloquée car l’endroit où je suis allée faire ce jeûne cadrait si bien avec ma façon d’être , de vivre et de penser que je ne voyais pas où relier le jeûne et le Zen . Je me disais que si j’étais allée jeûner dans une clinique suisse aseptisée , j’aurais vécu une histoire différente . Alors j’ai laissé mijoter la question , tout en me ré-alimentant doucement et en nettoyant mon jardin qui avait pris des allures de petite jungle en mon absence .
Le lieu de cure était idéal : un minuscule hameau dans les contreforts du Vercors où le goudron venait mourir , un air pur , une grande qualité de silence , chaque jour deux méditations , des exercices d’éveil corporel , des massages , un jacuzzi , de belles randos dont certaines devaient se faire en silence , beaucoup d’attention légère et bienveillante .
Ok , mais quel rapport entre ces conditions de jeûne et le Zen ?!
C’est en racontant à ma voisine mon séjour que j’ai pensé trouver une piste : quand elle m’a demandé « comment as-tu fait pour tenir si longtemps sans avoir faim ? «  et que je lui ai répondu « mais , il n’y avait rien à faire !! « . Pierre et Dominique ( les organisateurs de la cure ) nous avaient bien expliqué ce qui allait se passer dans notre organisme et que nous étions , sans le savoir , d’efficaces hommes-médecins et qu’il nous suffisait de nous laisser porter , d’être juste là , ici et maintenant , de profiter de la nature , du silence , des autres et de ….laisser faire . Ne pas être inactifs , juste laisser faire . Oh oh , ça commençait à sentir bon le chemin Zen , cette histoire-là !!
Et puis , cet encadrement particulier , ce début de privation de nourriture ou …..je ne sais pas , ont fait fondre d’emblée certaines des résolutions et idées reçues que j’avais avant de partir :
-d’abord , j’avais cessé de manger deux jours avant d’arriver là-bas , jugeant que 7 jours de jeûne pour une dure à cuire comme moi , ce ne serait pas suffisant et que j’aurais bien testé jusqu’où je pouvais tenir .
-ensuite , je m’étais promis de faire chaque jour la rando la plus longue ( 4h au lieu de 2h30 ) et juré de ne surtout pas révéler que j’avais deux prothèses de hanche , de peur que l’on ne m’en empêche ( même raison que précédemment ) .
Or , cela s’est passé tout autrement : cet arrêt d’alimentation amène le ralentissement de l’organisme et permet de tourner ses pensées vers autre chose , vers les autres , vers des zones de soi-même habituellement négligées (rien d’intellectuel là-dedans , juste être là , ici et maintenant ) ; du coup j’ai oublié totalement que j’étais venue me » tester » dans une situation inédite : certains jours , j’ai choisi en pleine conscience , avec plaisir et sans jugement sur mes capacités , de faire la petite rando ( parce que j’avais les jambes en coton , parce que l’ adorais le guide qui , ce jour-là faisait la petite rando , parce que j’avais envie d’avoir l’après-midi plus de temps rien que pour moi , parce que ce groupe était toujours le moins fourni et que ça offrait plus de silence et d’intimité , parce que … parce que …) . Sans se préoccuper de performance , du regard des autres sur mes capacités ou pas à ….., sans injonctions .
Bref , ce jeûne m’a fait lâcher prise et lâcher encore un peu plus d’ego et ce , sans que j’en prenne conscience sur le moment . Fais ce que tu as à faire , pour toi , tout en douceur et bienveillance , ne crains ni ton juge intérieur ni le regard des autres , allège-toi , laisse faire tout en restant vigilant à tout ce qui t’environne .
Le merveilleux de tout ça , c’est que pendant que se fait tout seul ce nettoyage intérieur ( physique et mental ) , il devient juste évident de se tourner vers les autres . Pour moi , ourse solitaire depuis des décennies , quelle révélation !!!! Quel soulagement , surtout au milieu de 17 inconnus !!! Et quel bonheur de réaliser que c’est aussi simple que ça !!! Que de rires et moments partagés , où l’humeur de chacun était au diapason !!!
De ce séjour , c’est la seule chose que je redoutais : vivre avec les autres ; et maintenant j’ai de beaux projets de voyages jusqu’alors étouffés .
En résumé , ce jeûne ( à refaire bien sûr ) fut le révélateur de trésors cachés qu’il était salutaire de voir apparaître de moi , le bonheur d’être avec les autre , le soulagement de ne plus me retenir à donner de la bienveillance sans craindre le rejet . Ce jeûne m’a débarrassée de fardeaux poussiéreux et inutiles (dont un peu d’ego ) et allégée pour poursuivre mon chemin de Vie d’un pas plus léger .
Paix , Joie et bonheur à tous .
Namasté
mireille

mardi 1 mai 2018

La méditation zen c'est dépassé!

La méditation n'a jamais été aussi à la mode en occident que maintenant, elle est passée de recherche spirituelle à développement personnel puis à thérapie pour névrosés en tout genre. maintenant on explique que c'est prouvé scientifiquement :

 La méditation a un effet antidépresseur !

 Après la "mindfulness" il y a maintenant "l'altruistic open mindfulness" que l'on enseigne dans des "training camp". 

Ça marche beaucoup mieux avec l'accent anglais apparemment, si ça vient des États-Unis alors c'est un gage de qualité.
 Il n'y a qu'à voir comment la restauration rapide américaine est de grande qualité, il y a des Mac-do à chaque coin de rue, c'est quand même bien la preuve que c'est bon!

Vous vous trouverez sans problème un stage de pleine conscience qui en quelques heures vous transformera avec des méthodes modernes mais rassurez vous issues des pratiques traditionnelles. 
Pourquoi perdre votre temps à cuisiner un pot au feu à l'ancienne avec les légumes du jardin alors qu'un bon burger a exactement les mêmes qualités nutritives ; vous pouvez même le commander et le manger dans votre auto en allant voir votre psychothérapeute qui vous expliquera comment aller mieux.

 La lecture de quelques ouvrages de la nouvelle méditation du dernier auteur à la mode achetés en ligne vous feront retrouver la pleine forme.
Si l'écrivain est psychiatre ou psychologue c'est mieux, il faut faire confiance aux spécialistes.

Zazen est beaucoup plus pénible, d'abord on insiste sur la posture, donc sur le corps, si vous n'avez pas de problèmes physiques particuliers, on vous demandera de vous asseoir sur un coussin...

 Puis ça demande des efforts de concentration, c'est très long (une séance dure plus d'une heure avec une marche méditative au milieu) et surtout il n'y a pas les résultats garantis de sortir de vos névroses et problèmes physiques.
En fait la méditation zen traite plus le terrain, c'est à dire qu'elle rétablit un équilibre, d'abord un équilibre corporel, pendant la pratique cet équilibre est le baromètre qui permet de juger de l'état d'esprit, si personne n'est là avec un regard extérieur pour corriger les défauts vous risquez de rapidement vous retrouver dans une impasse. 

Zazen c'est travailler sur le corps pour corriger l'esprit, en fait votre corps a la solution pour contrôler le flux de pensées et d'émotions qui vous  dérange.

Le travail se situe au niveau du bassin principalement, c'est le point bas de la posture, la rétroversion du bassin amène à la verticalité.
Ensuite il y a le point haut qui se situe au niveau du sternum et qui permet d'ouvrir la cage thoracique.
Ceci amène à la respiration, quand on a compris le point haut et le point bas, la tête trouve sa position naturelle alors le diaphragme est détendu et on arrive naturellement à une respiration abdominale, prendre conscience de son ventre de sa respiration, c'est le secret du zen.

En fait c'est simple mais ce n'est pas pour autant que c'est facile, si vous aimez la pratique de zazen alors vous vous laisserez guider et petit à petit votre vie s'équilibrera à son tour, il suffit d'accepter les changements. 

Retourner à la condition normale, c'est l'éveil bouddhiste.
C'est  retrouver un état naturel, primitif. L'homme civilisé n'aime pas le primitif qui n'a pas besoin de panneaux indicateurs pour trouver son chemin, qui vit avec la nature sans avoir le besoin de la contrôler.

Comprendre l'impermanence par la pratique méditative  était le vœu formulé par le bouddha Shakyamuni pour sauver tous les êtres de la souffrance. C'est un peu différent du désir égoïste d'être en bonne santé pour pouvoir accumuler les biens matériels et faire marcher la consommation.

La suite sur le blog: 

Méditation zen, placement et ouverture du bassin.




vendredi 13 avril 2018

Zen et Yoga.

Nous avons avec le yoga de lointaines racines indiennes de l'époque du Bouddha Shakyamuni.
Le yoga a bien perdu de son essence depuis son arrivée en occident. 
Il est devenu bien souvent une pratique de bien-être et à force de l'adapter à des consommateurs  qui ont perdu le goût de l'effort, on se demande quel est le rapport entre la discipline originelle et la pratique de bien-être du XXIème siècle.

Néanmoins certains ont su retrouver cet esprit et le faire perdurer.
Maurice Daubard fait partie de ces gens sachant rester simples et authentiques. Il pratique avec passion le Toumo, un yoga tibétain et il sait en parler simplement.



La vidéo est en bas de page, âmes sensibles s'abstenir.