samedi 1 juin 2019

Zen et hip hop.

Par Nicolas, méditant et musicien.

Ça y est, comme chaque année l'hiver a laissé la place au printemps et à son énergie toute fraîche. Certains en profitent pour remettre de l'ordre d'autres trouvent l'inspiration.
Cette année j'ai donc décidé d'ouvrir une chaîne de partage musical sur le thème du hip-hop. 

Le hip-hop était au début une musique basée sur la positivité, l'envie de dépasser sa propre condition et ne pas se laisser aller au négativisme, d'envoyer un message de soutien à ceux qui en ont besoin et ainsi leur montrer qu'il existe d'autres chemins que le balisage classique imposé par notre société. C'était aussi une culture à part entière composée de DJ (musiciens / producteurs) de dessinateurs, de danseurs, stylistes, etc.

Aujourd'hui le Hip-hop a majoritairement été récupéré par les grosses maisons de disques, la positivité fût remplacée par "l'ego-trip" (acte ou démarche qui satisfait l'ego), la mise en avant de l'argent, du pouvoir, des armes, du sexe à outrance, l'apologie de la drogue et d'autres joyeusetés... 

En fouillant un peu sur le net vous trouverez quantité d'artistes continuant à produir une musique proche de l'esprit original. 
N'hésitez pas à découvrir des groupes "underground" (non commerciaux) sur les sites de streaming audio ou vidéo tel que soundcloud, bandcamp, Youtube etc. 
Vous pourrez y écouter leurs créations gratuitement et sans abonnement (c'est d'ailleurs valable pour absolument tous les styles de musique).

Vous trouverez donc sur ma chaîne des instrumentaux dans le style de ceux des années 90, si vous aimez une ou plusieurs musiques vous pourrez la télécharger grâce au lien qui se trouve dans la description de la vidéo, libre à vous d'en faire ce que vous voulez, même l'utiliser en illustration sonore.
Si vous pratiquez le Hip-hop, les instrumentaux ont également été découpés en multi-pistes (au format WAV, c'est-à-dire sans perte de qualité due à la compression), pour que vous puissiez remixer / améliorer le son pendant vos sessions d'enregistrement.
Rien de bien prétentieux... Simplement un peu de musique douce pour soulager les mœurs agrémentées d'un discours apaisant, d'un poème, etc. Souvent tirés de la culture du Zen ou bien d'autres personnes que je trouve pertinentes. 
Loin de moi l'idée de diffuser des enseignements, ces discours sont là pour rapporter un peu de positivité, donner une tonalité à l'instrumentale ou peut-être donner un début de piste à certain.

La musique est un médium extrêmement puissant, elle nous aide à nous faire sentir mieux ou a relâché des émotions et peut instantanément nous sortir de nos schémas et nous faire retrouver l'instant présent, pour peu que l'on ait des affinités avec elle et qu'elle soit faite avec l'intention d'aider, de soulager, de soigner, etc.
Il est sympa dans la vie de mettre un peu de musique en fond sonore pour nous accompagner, passer le temps, nous plonger dans une ambiance, mais c'est encore mieux de l'écouter consciemment, se laisser immerger ou tenter de la comprendre.

Alors, pour seule prescription: montez les watts et allez-y a fond !


Quelques noms du Hip Hop à découvrir ou redécouvrir:
FR: Assassin, La Rumeur, La Scred Connexion, Rocé, LPI La Click, RSA Rappeurs sans avenir.
US: Maintenance Crew, Mood Doom, Poor Righteous Teachers, Sage Francis, Quasimoto, MF Doom, Wu Tang Clan, Blackstar, Radioinactive.
UK: Bonobo, Lewis Parker, Basement Dwellaz.

Zazen dans la nature.

 A partir de juin et quand le temps le permettra nous ferons le zazen de 6H45 au potager dans le parc de Montaud, nous y avons installé une terrasse pour un zazen sous la vigne avec le chant des oiseaux pour tout enseignement.

Pas de tenue spéciale ni kimono ni kolomo, venez comme vous voulez, prévoyez seulement une tenue suffisamment souple.

Le zazen sera celui de l'époque de dogen, avec kin-hin quand vous le désirerez pour le temps que vous voudrez, un seul kin-hin par zazen pour ne pas trop déranger.

On partira du dojo avec les zafus vers 6h30, le potager est à 5 minutes, on fera zazen jusqu'à 7h45.

Si vous avez un petit retard voici 2 numéros:

Henri Pierre (pas le  jeudi matin): 06/72/85/93/13
Bernard: 06/27/07/83/05

Bon zazen à tous et à toutes.



jeudi 2 mai 2019

Session de printemps au dojo 17 et 18 mai.

Nous proposons une sesshin période de méditation intensive le 17 et 18 mai à Saint-Etienne.

Pratiquer la méditation de cette manière permet de passer un cap par rapport à la pratique quotidienne où tôt ou tard on risque de tomber dans l'habitude et les automatismes. 

Durant cette session, suivant les participants nous proposerons des massages et exercices liés à la méditation notamment le samedi après midi.

http://www.zen-saint-etienne.fr/images/Affichesesshindojoprintemps.png

Tous les renseignements sur notre site.

mercredi 1 mai 2019

Eveil et illusions. Bonno soku bodaï.

Dans  une interview de Bernard Stiegler sur thinkerview, il est question à un moment de prise de conscience notamment sur les ravages causés par l'homme sur la planète.

 Il explique "l'otium" qui désigne la façon de vivre d'anciens légionnaires romains qui après avoir massacré, pillé durant la guerre se décide à "vivre bien" :
 Une vie simple et altruiste.

Puis il relate son expérience contemplative dans un jardin zen à Kyoto puis des samouraïs qui étaient des guerriers féroces qui fréquentaient les temples zen et qui ont participé activement à l'essor du zen et des arts qui lui sont liés tels que le jardin de pierres ou la cérémonie du thé.

Il fait également allusion à Saint Julien l'hospitalier de l'ordre mendiant qui dans son ancienne vie massacrait les animaux avant ce que Bernard Stiegler appelle une bifurcation, un changement radical de vie, lui même ancien alcoolique sait de quoi il parle.

Dans le zen on parle de "bonno soku bodaï" les illusions qui deviennent l'éveil (satori).
On utilise l'image de la glace qui change d'état pour devenir de l'eau ou de la vapeur, on dit même que plus nous avons d'illusions plus l'éveil sera grand donc pas la peine d'être un saint pour faire zazen.

Il n'est pas question de trancher avec ses illusions mais par la méditation zen laisser s'opérer la transformation.
Dans le zen que nous pratiquons de nombreux méditants qui avait une vie pleine d'addictions tenaces ont vu leur vie radicalement changé par l'assise méditative.

La méditation zen est autre chose qu'une méthode de guérison miraculeuse pour les dépressifs, une occupation pour les retraités ou une mode pour petit bourgeois en quête de mysticisme bien que tout le monde soit bienvenu.

C'est pourquoi la méditation a sa place en cette période d'effondrement.

L'éveil est à la portée de tous ceux qui en font l'effort, c'est une simple question de sincérité.

 

Patience et interdépendance.

La patience fait partie des vertus transcendante du zen, tous les adeptes de la méditation en ont appréciés la saveur.

L'interdépendance fait également partie des grands enseignements du bouddhisme, on ne grandit pas seul pour soi même mais en relation avec toutes les existences il est facile d'en faire l'expérience en intégrant un groupe de méditation.

Qui mieux que les arbres nous montrent les vertus de la patience, ils restent là à la même place des siècles durant sans faire de bruit et ne bombent pas le torse à la moindre occasion pour montrer qu'ils existent.

Dans son ouvrage la vie secrète des arbres Peter Wohlleben nous expliquent également comment ils communiquent et à quel point ils sont solidaires et dépendent des autres formes de vie pour exister.

Les arbres sont de formidables enseignants ils sont silencieux immobiles s'adaptent à toutes les conditions et prennent le temps de grandir.

C'est une vrai leçon pour les débutants que nous sommes dans le non agir toujours pressé de retourner à nos téléphones et ordinateurs au cas où nous aurions raté une information capitale durant une heure de méditation avant de nous lancer dans de formidables discours qui nous permettent de briller en société.

Nous sommes en vérité bien petits face à ces géants mais toujours prêt à les abattre pour en exploiter le bois sans remerciements ni aucun souci d'économie.

La vie secrète des arbres Peter Wohlleben:
 Un bouquin pour retrouver un peu d'humilité.

Un reportage d'envoyé spécial:
 Le secret des arbres pour un avant goût.

Bonne ballade en forêt.

En prime un article du canard enchaîné sur le  livre de Gaspard D'Allens.

A voir sur Reporterre.
https://reporterre.net/Main-basse-sur-nos-forets-le-nouveau-livre-de-la-collection-Reporterre

dimanche 14 avril 2019

La marche méditative.

Elle se nomme kin-hin dans la tradition zen soto et elle est codifiée de manière très précise, c'est une marche qui se pratique au rythme de la respiration, elle met l'accent sur l'ouverture de la cage thoracique la verticalité et la relation avec le sol au travers de la pose du pied.
Elle se pratique pieds nus entre deux méditations assises dans le dojo.

La pose du pied est très précise et le rapport avec la terre détermine toute la posture, le contact pied nu avec le sol est intéressant car nos sensations sont faussées par les semelles des chaussures tout au long de la journée et la conscience de la verticalité est amoindrie.

Dans la tradition du zen vietnamien la marche est quelque peu différente, elle peut se pratiquer plus longuement à l'extérieur avec ou sans chaussures et est moins contraignante on parle de marche en pleine conscience car ne l'oublions c'est le moine thich nhat hanh qui utilisait le terme de pleine conscience dans les pratiques méditatives avant que john kabat zinn ne s'approprie la méthode et en fasse la marque "mindfulness" .

Si la marche ou la course pieds nus en extérieur vous intéresse, voici un livre qui vous fera voyager, il s'agit de Né pour courir (born to run) de Christopher Mac Dougall qui vous emmènera dans le monde du barefoot et des sauvages illettrés qui courent et marchent depuis des générations pieds nus en "pleine conscience" sans le savoir et là on s'approche réellement de l'éveil ...

mardi 2 avril 2019

Méditation zen (zazen) et jeûne.

Voici un article sur les correspondances entre zazen et la pratique du jeûne, c'est simplement une observation et un avis personnel sur ces 2 pratiques.

Je pratique zazen depuis plus de 25 ans (je suis moine zen zen de l'école soto) et suite à divers problème de santé depuis 5 ans je jeûne très régulièrement à titre personnel , il n'y a aucune obligations à pratiquer le jeûne quand on a une pratique méditative quelle qu'elle soit.

Mon expérience de zazen est conséquente et suit l'enseignement d'une école particulière, celle du jeûne est plus courte personnelle et empirique.

Tout d'abord zazen est la méditation zen assise traditionnelle, immobilité et  silence en sont les piliers. 
On la pratique lors de séance collectives ou seul, on peut également effectuer des sessions intensives de plusieurs jours avec plusieurs séances par jour, ces sessions s'appellent des sesshins.

Le jeûne consiste à supprimer tout apport de nourriture, ou même quelquefois d'eau et de nourriture dans ce cas on parle de jeûne sec.

On entend parler de plusieurs styles de jeûne, quelquefois le jeûne intermittent quand il est de l'ordre de plus ou moins 16 heures, cela signifie simplement sauter un repas (il n'y a pas de quoi en faire un plat), il peut être plus long un ou plusieurs jours chaque semaine ou chaque mois par exemple.

Ensuite il y a des jeunes plus longs de plusieurs jours ou plusieurs semaines et qui sont plus occasionnels.

Donc ma pratique du jeûne est tout à fait personnelle, au dojo nous ne proposons aucune pratique liée au jeûne mais simplement de la méditation zen.

Je pratique le jeûne intermittent pendant 36 heures hebdo minimum depuis environ 5 ans.
Je jeûne également ponctuellement sur des périodes plus longues qui vont de quelques jours à plusieurs semaines.
Je pratique également le jeûne sec sur des périodes de quelques jours.

 Bien que je ne sois plus un débutant en matière de jeûne, je suis bien loin de maîtriser cette ascèse, ma plus grande leçon en la matière ne m'a pas été donné par des thérapeutes soient disant spécialistes ou par des youtubeurs intégristes mais par ma vieille chienne de 17 ans qui au moment de mourir dans un état de faiblesse extrême a cessé de boire et manger durant quatre jours afin de pouvoir me faire ses adieux avec beaucoup de joie et de vitalité avant de passer de l'autre côté...

Donc zazen consiste à arrêter de suivre ses envies de parler gesticuler suivre ses idées quelles qu'elles soient pour revenir à la pleine conscience de la respiration et le jeûne à stopper ses envies de bouffer et laisser son corps se prendre en charge.  

Dans les deux cas, on a recours à la patience pour affronter les difficultés inhérentes à chacune de ses méthodes mais surtout dès le départ il faut être capable d'abandonner bon nombres d'idées reçues si on veut persévérer.

C'est dans la remise en question, l'humilité, l'abnégation que ces deux pratiques se rejoignent ensuite il suffit de laisser faire le corps et les mérites apparaissent d'eux mêmes.

En résumé zazen consiste à arrêter de suivre ses pensées et le jeûne à arrêter de suivre ses envies de bouffer.

Pratiquant depuis assez longtemps la méditation zen le jeûne ne m'a pas semblé difficile à suivre mais par contre ces 2 pratiques sont à mon avis très complémentaires, par exemple faire zazen lors de jeûnes prolongés m'a permis d'appréhender une pratique beaucoup plus en souplesse au fur et à mesure que le corps s'affaiblit.

Si le jeûne vous intéresse voici un site très complet. 

Pour zazen c'est ici.

Et ici le lien vers un livre très simple de Bernard Clavière pour comprendre le jeûne et sortir de ses idées reçues.