lundi 7 août 2017

Bouddhisme zen, méditation et le ventre ce deuxième cerveau. La différence avec la pleine conscience ou mindfulness.

Le documentaire de Cécile Denjean: Le ventre, notre deuxième cerveau montre que les scientifiques ont découvert que nos intestins contiennent des millions de neurones qui échangent avec le cerveau, ce qui remet en cause le rôle du ventre dans le fonctionnement du corps humain et ce n'est que le début.
Le ventre a toujours été dans la méditation zen désigné comme le centre vital de l'homme,  ceci est également propre à la culture Japonaise notamment dans les arts martiaux, même le suicide rituel Japonais "Seppuku ou Hara kiri" consiste à s'ouvrir le ventre, ce qui laisse  penser que les Japonais ont une vue différente de l'endroit où se situe la conscience de l'homme .
KG Durckheim a écrit un ouvrage  à ce sujet: Hara centre vital de l'homme.
Depuis des siècles dans la méditation zen on parle de laisser descendre l'expiration jusqu'à trois doigts sous le nombril où se trouve le "kikai tandem" ou "océan de l'énergie".
Alors  maintenant la science commence à reconnaître que ces vieilles traditions orientales ne sont pas si fantaisistes.
Quel progrès!
La notion d'"unité du corps et de l'esprit" commence à apparaître sous un jour nouveau et c'est tant mieux ces dernières années en occident les psychologues et psychiatres avaient commencé à reprendre à leur compte la méditation en la décortiquant et essayant d'en faire un outil leur permettant d'affirmer leur supériorité dans le domaine intellectuel: Même s'ils affirment le contraire, cela reste "l'esprit qui domine le corps"...
Si maintenant la conscience est également dans le ventre, cet endroit qui n'est pas si noble , ça va commencer à changer les mentalités.
Surtout quand le ventre va jusqu'à "trois doigts sous le nombril" , on touche à des zones qui font peur à nombre de gens en occident.
C'est un peu près des organes génitaux.
Les intestins, on sait ce qui se passe dedans, "c'est sale".
Et puis tout ce qui se passe au niveau du bassin, en prendre conscience physiquement, comprendre comment le basculer pour arriver à la verticalité, c'est compliqué, il y a là encore beaucoup de tabous.
Il y a une expression Japonaise qui peut se traduire par: "Comment ça va sous le nombril".
Le jour où on pourra parler de cette manière en occident sans un sourire salace, les mentalités auront bien évolué.
Ah c'est bien plus simple de comprendre intellectuellement la méditation, d'ailleurs "la pleine conscience ou minfulness" l'a bien compris, avec quelques livres et des applications commerciales sur votre téléphone portable, en 5 minutes par jour, vous êtes paré pour affronter la journée.
Bien sûr on vous conseille une pratique régulière mais qui sera là pour observer toucher sentir corriger votre posture physique au quotidien, pour suivre votre progression...
Ça demande du temps et des compétences qui vont plus loin que 3 semaines de formation.
Bonne chance!

Le zen, c'est se comprendre soi même, intimement, pas intellectuellement et par là commencer à appréhender autrement le monde qui nous entoure.
Il est heureux que la science commence à valider ces traditions plusieurs fois millénaires, mais pour aller plus loin seule une vraie pratique peut vous permettre d'accéder à ce genre de connaissance.
Pour ceux qui veulent aller plus loin:
Le site du dojo zen de Saint Étienne.

Dans notre groupe zen à Saint-Etienne les 3 pratiquants les plus anciens susceptibles d'enseigner la méditation ont respectivement 15, 20, 25 ans de pratique quasi-quotidienne dans un dojo sans compter les périodes régulières de méditation intensive dans diverses sanghas qui sont de plusieurs semaines par an.
Ce sont ce genre de détails à prendre en compte quand vous cherchez à entamer la pratique de la méditation, c'est une autre approche que le promesse d'un bien-être assuré en quelques séances moyennant finance.
Nous sommes une association  loi 1901, Il n'est demandé d'adhérer à aucune philosophie, croyance, religion, hygiène de vie particulière...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire