mardi 7 avril 2020

Jeûne méditation et confinement.

En ces temps de confinement j'ai trouvé qu'il était opportun de faire un jeûne, étant donné que nous ne pouvons plus pratiquer ensemble au dojo.
Depuis plusieurs années je pratique le jeûne et j'y trouve de nombreux points communs avec zazen en termes de lâcher prise et de détente musculaire.
Au cours de mes premiers jeûnes longs j'avais de grosse difficulté à méditer mon corps devenait très raide la posture était très inconfortable puis petit à petit j'ai appris à me détendre autrement, plus profondément et zazen est devenu à nouveau accessible.
Maintenant je peux même pratiquer divers exercices d'assouplissement et continuer à progresser durant le jeûne.
Quand on jeûne on dispose de moins d'énergie celle ci étant réservée au travail d'autolyse alors il faut aller moins vite moins fort et de cette manière le corps peut s'assouplir se détendre un peu à la manière du hata-yoga où on va au maximum d'une tension raisonnable puis on laisse faire et on peut sentir les muscles se détendre un peu plus.
Alors évoluer au ralenti devient un avantage conséquent et la concentration prend une autre dimension, la conscience de la respiration change profondément  les pensées deviennent plus claires et on va à l'essentiel.
Bien sûr comme zazen cela demande du temps et de la répétition.
Dans le zen comme dans le jeûne l'économie et la simplicité sont de grandes vertus à cultiver.
J'ai pris mon dernier repas le 22 mars au soir.
La rupture du jeûne a eu lieu le lundi de pâques 13 avril au soir soit 22 jours de jeûne.
Ceux qui ne connaissent rien au jeûne et qui s'y intéresse trouveront sur ce site des tonnes de renseignements et retours d'expérience.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire